TAKEDA RYÛ NAKAMURA HA SÔBUDÔ… LE RETOUR AUX SOURCES… Article publié dans "Dragon" n° 28 – juillet-août 2008

24/07/2009 18:15

 

TAKEDA RYÛ NAKAMURA HA SÔBUDÔ…

LE RETOUR AUX SOURCES…

 

Par Nicolae Gothard BIALOKUR – Budôshûgyôsha

 

 

(article publié dans les pages du feu « Dragon » no 28 – juillet-août 2008)

 

 

 

 

UNE DES PLUS ANCIENNES TRADITIONS MARTIALES DU JAPON

 

 

TAKEDA RYÛ NAKAMURA HA SÔBUDÔ  signifie « ensemble des disciplines martiales (Sôbudô) pratiquées dans le cadre de la branche (Ha) Nakamura de la tradition (Ryû) martiale Takeda ».

 

Il s’agît d’une des plus anciennes traditions (Ryû) martiales japonaises, qui s’est développée dans le cadre du clan des Takeda, puissante famille des Daimyô, branche des princes Minamoto.

 

La devise des redoutables Samurai du clan Takeda était : FU (rapide comme le vent), RIN (silencieux comme le forêt), KA (foudroyant comme le feu) et ZAN (immuable comme la montagne).

Leur symbole était formé de trois éléments : un soleil et une lune (le principe complémentaire In – Yo, appliqué dans le combat ainsi que dans toutes les circonstances de la vie) sur une Chrysanthème (la fidélité à l’Empereur).

 

Les si efficaces Arts de combat (Kobujutsu) des Takeda, destinés autrefois au champ de bataille sont devenus des Voie martiales (Kobudô), dont le but est le développement positif de l’être humain ainsi que son accomplissement en tant qu’Homme.

 

Les disciplines martiales (riche panoplie avec armes et sans armes) spécifiques à la Takeda Ryû, regroupées sous le terme générique de Sôbudô, sont enseignées suivant une pédagogie unique, globale, dans un esprit martial ayant défié le temps.

 

LE SÔKE EST MORT…VIVE LE SOKE !

 

Durant des siècles, cette tradition martiale a été transmise, jusqu’à la 43ème génération, dans le cadre de la famille Takeda.

En 1959, Oba Ichio Sôke, le 43e héritier de Takeda Ryû, mourut sans désigner de successeur... Seibuden, son Dôjô, ferma ses portes.

 

Ne pouvant accepter la disparition de ce trésor de la culture japonaise, Nakamura Hisashi, ex Uchi Deshi de Oba Ichio Sôke, décide de continuer l’enseignement de son Sensei pour conserver l’héritage de la Takeda Ryû.

Il bâtit sa propre organisation et se dédie entièrement à la promotion et l’innovation pédagogique de l’école.

La tradition séculaire des Takeda continue ainsi son existence sous le nom de «Takeda Ryû Nakamura Ha» (enregistré officiellement en 1978). Ceci grâce à la passion, le travail et le dévouement de Nakamura Hisashi, qui devient le 44e Sôke.

L'institution japonaise représentative est le « Nihon Sôbudô Rengokai » (NSR).

 

En Europe, la tradition Takeda est introduite, durant les années ’80, par Mme Monika Weer Haan Mees, qui avait vécu sept ans au Japon et avait été élève de Maître Nakamura.

 

La Takeda Ryû Nakamura Ha Sôbudô est répandue, dans les années suivantes, dans plusieurs pays européens, grâce à des Budô Shûgyôsha passionnés.

 

TAKEDA RYÛ NAKAMURA HA EN EUROPE

 

Des organisations européennes sont fondées…

En 1990 : « l’European Sobukai Takeda Ryû » (EST), dont le président est M. Roland Maroteaux (France).

En 1992 : « l’International Society for Takeda Budô » (ISTB), dont le fondateur et président est M. Siegfried Kobilza (Autriche).

Pour diverses raisons, les deux présidents se séparent de Nakamura Soke et donc de l’école mère (M. R. Maroteaux en 1997 et M. S. Kobilza en 2006) et fondent leurs propres organisations et Ryûhaha

 

LES FIDELES

 

En dépit de cette situation pour le moins déroutante, plusieurs Dôjô, avec leurs Sensei et Deshi (disciples), sont restés fidèles à l’enseignement de Maître Nakamura. Ils sont décidés à suivre la voie authentique tracée par Nakamura Hisashi Sôke au sein de son Ryûha

Ils créent « l’International Nippon Sobudo Association » (INSA), afin de regrouper sans limites les pratiquants sur des Voies traditionnelles (Dô, Tao, etc.), dans un but de partage de connaissances martiales ou non, de manière à permettre l’échange de richesses humaines et culturelles. Le fonctionnement se fait en totale démocratie ; la parole, les idées, les actes n’ont pas de tabous ! L’ambition du groupe est que cette association soit sans aucune limite de frontière, ni matérielle, ni ethnique, ni philosophique …

INSA s’étend de la Belgique, en passant par le Luxembourg, la France, la Suisse, l’Espagne et se termine, pour le moment, à Tanger au Maroc.

Valmy Debot Jôden Shihan en est le porte parole. Il est entouré, de sa compagne, Mme Corinne Barthélemy et de ses plus anciens fidèles collaborateurs : Bernard Dufrêne Chuden Kyôhan, Christophe Noiset Shoden Kyôhan et bien d’autres… .

 

 

LE RETOUR AUX SOURCES

 

Mais le contact avec Nakamura Sôke est, malheureusement, coupé…

Dans ce contexte, le retour aux sources devient une nécessité vitale ! Car, comme le dit Valmy Debot Sensei :

« Si tu t’éloignes de la source tu oublieras son goût, sa couleur… Lorsqu’on te parlera d’elle, tu penseras à l’eau tout simplement… Mais l’eau n’est pas la source… »

 

Grâce à un ami Takami Kashi San de Tokyo et à Ib Nyborg Okuden Shihan Takeda Ryû Nakamura Ha (Europe), le contact téléphonique direct fut possible avec Nakamura Sôke

Valmy Debot Sensei décide de franchir à nouveau le pas et repartir, accompagné de ses fidèles Corinne, Bernard et Christophe, vers le Japon. Le voyage débuta le 10 mars 2008…

 

Un rendez-vous avec Nakamura Sôke en personne étant accordé, le vendredi 14 mars, à 15 H00, les quatre « Aventuriers » partis à la « quête du Graal », poussent la porte du Dôjô privé de Nakamura Sôke, à Chiba, accompagné par Takami San qui leur sert d’interprète et sans qui la visite n’aurait pas été possible. L’accueil est diplomatique, répondant aux règles strictes de l’hospitalité japonaise…Le thé est servi et une demi heure plus tard, ils se retrouvent tous sur les Tatami !

Le sentiment qui habite l’esprit des quatre Européens est qu’ils font une sorte de pèlerinage, pour retrouver le Ryû des Takeda par le biais de son héritier, Nakamura Hisashi Sôke

 

LA LECON DE NAKAMURA SÔKE

 

Le Dôjô inspire un grand respect, 60m2 de Tatami rapiécés de toutes parts, sans aucun signe extérieur de richesse. On y voit les heures de travail dans les Tatami et les protections… Le lieu parle de lui-même de par sa simplicité, sa sobriété et son état, riche en émotions !

 

Le Keiko (entraînement) de 2 heures porta sur les déplacements, sur les chutes, les entrées, les techniques, les frappes de base. Que de frustrations !

Valmy Debot Sensei raconte lui-même… « Cela fait maintenant plus de 20 ans que je pensais pratiquer le Takeda Sôbudô… et voilà que ma garde est corrigée, mes pieds replacés, les déplacements de base retravaillés, les entrées des techniques corrigées, même les chutes sont à revoir. Que de travail, que du travail en perspective ! »

 

Gardien de la tradition, Nakamura Sôke leur délivra quelques vérités comme seul les maîtres japonais savent le faire :

 

«…Vous les Européens vous êtes les plus nombreux à défendre les Budô japonais mais souvent vous restez si superficiels …»

«…Ne vous coupez jamais de la source, l’essentiel est la base… le Kihon ! »

«…Trop vite, vous allez trop vite… »

« J’ai 76 ans, je fais du Budô depuis 60 ans et chaque jour que je monte sur le tatamis j’apprends encore et encore…»

«…Rendez les choses simples dans l’harmonie !»

 «…Ce que vous avez ressentis, vous devez l’emporter avec vous… »

 

C’est ce genre de petites phrases qui fait réfléchir nos quatre Budô Shûgyôsha au « pourquoi des choses » mais aussi qui les fait mesurer la grandeur de ce merveilleux petit Homme !

 

                                                               

ENTRE DEUX KAMPAI

 

Après le Keiko, Madame Nakamura avait préparé un repas traditionnel japonais… « Un bon repas et entre deux Kampai, on se dit des vérités, on se fait des confidences », raconte Valmy…

 

Les discussions incontournables sur la situation de Takeda Ryû Nakamura Ha en Europe et de son avenir commencèrent dans d’amers propos…Le tableau que Nakamura Sôke brossa fut sans illusions…

Nakamura Sôke a tellement été déçu par la compréhension que se sont fait les Européens de son école qu’il a fermé son cœur à l’Europe et aux Européens…

 

Valmy Debot Sensei conclu : « J’avais l’impression que cet homme assis à mes côtés avait été abusé car il n’avait pas compris comment les Européens fonctionnent, cloisonnés dans leurs cultures, dans leurs manières de penser. Je pense du reste, pour vivre parmi eux, que les Européens n’ont pas pu comprendre comment fonctionnent ces vieilles mentalités féodales, mais aussi avoir été déçu par l’attitude japonaise car pensant que quelque chose leur était dû. Alors que rien n’est dû ! »

           

ACCORDS & MESSAGE

 

Suite à l’entretien avec Nakamura Hisashi Sôke, en présence de Toyoshima Masayuki Sensei, Valmy Debot Sensei, Bernard Dufréne Sensei, Christophe Noiset Sensei, Corinne Barthélemy San et Takami Kashi San, des   accords ont été établis.

Parmi eux :

… Valmy Debot Sensei est accepté au sein de NSR (Nihon Sôbudô Rengokai) et a l’autorisation de promouvoir le Takeda Ryû Nakamura Ha Sôbudô, sous ce nom et sous le logo de Nakamura Hisashi Sôke !

…Tous les Sensei et les Deshi appartenant au groupe Takeda Budô de l’INSA sont reconnus dans leurs grades et titres (Nakamura Sôke). DEBOT Sensei est chargé de rassembler les Dôjô, d’organiser l’administration et de les présenter à NAKAMURA Sôke.

 

Le message de Nakamura Sôke :

« Pratiquer dans l’humilité et l’harmonie, en rendant les choses simples ! Soyez honnêtes dans votre pratique ! Travaillez en profondeur et dites vous que la matière la plus importante est la base, origine de toute chose ! Et, surtout, surtout soyez patients !».

 

 

VISITES

 

Nos quatre Budô Shûgyôsha ont trouvé le temps pour rendre visite au temple de Takeda Shingen (à Kofu) ainsi que le cimetière de Sengakuji où reposent les fameux 47 Ronin

Asakusa fut l’objet d‘une longue visite, les centres d’intérêt y étant vraiment nombreux…
Ainsi la porte Kaminarimon avec, à sa droite, le Kami du vent, et à sa gauche le Kami du tonnerre, dont le rôle est de souhaiter du bonheur à tous les visiteurs.

 

Quant aux cerisiers, ils étaient en fleurs ci et là dans Tokyo, le printemps n’ayant pas encore fait son effet partout, mais les arbres de East Garden offraient leurs trésors aux yeux des passants…

 

EN GUISE DE CONCLUSION

 

Un sentiment de bonheur remplissait l’esprit de Valmy Debot Sensei ; il me disait :

 

«Notre contact et notre entraînement avec Nakamura Sôke dans son Dôjô personnel fut exceptionnel. La simplicité, l’humilité restera pour ma part le plus grand moment du plus beau jour de ma vie de Budôka. »

 

 

L’aventure vécu par Valmy et ses Amis, au Pays du Soleil Levant, est encore une preuve que, le Budô, le Vrai, est toujours vivant et que ses valeurs continuent, peuvent et doivent être transmises, sous le signe de la Tradition !

 

Et ceci, grâce à tous ces Gens merveilleux dans leurs Keikogi et Hakama blancs, bleu marins ou noirs, qui, avec simplicité, joie et respect, continuent à pratiquer leurs Arts « Bu » ainsi qu’à tous les Sensei qui continuent à les enseigner, avec bonheur et générosité, toujours sur la Voie !

Grâce à des gens comme Valmy, Corinne, Christophe, Bernard, Feodor, Pascal, Luigi…

 

Certains Sensei occidentaux qui affirment que « l’art martial…est mort » se trouvent en pleine erreur ! Heureusement !

 

Le Budô, cet héritage culturel qui revient de droit aux Japonais, se suffi par lui-même, car on trouve en lui TOUT : la Technique (Waza), l’Art (Jutsu) et la Voie (), les côtés pratique, culturel, éthique, philosophique et traditionnel !

Il suffi de pratiquer, de chercher et de « creuser », avec sincérité et passion, de vouloir et d’y croire !

 

* * * * *

Extrait de la revue Dragon

* * * * *

Merci à Nicolae Gothard BIALOKUR pour son travail et de nous permettre de le partager avec vous, le texte ci-dessus est protégé par un copyright, merci de respecter son travail.

 

COPYRIGHT :
Nicolae Gothard BIALOKUR
RÔNIN RYÛ BUDÔ
18, Ch. de CHAMP - SOLEIL
1012 - LAUSANNE
SUISSE
ngbialokur_rrb@sunrise.ch

Rechercher dans le site

Soke Hisashi Nakamura,
le soke de notre école

  

Aikido Iaido Jodo Jukenpo Kendo

 

 

Prochain Rendez-vous

 

 

Pour tout renseignement sur le TAKEDA RYU NAKAMURA HA, veuillez vous adresser à Mr Valmy Debot.

 

 

Flux RSS